Cyclistes : Insuffisance d’infrastructures cyclable dans la métropole de Marseille

0

L’utilisation de moyen de transport non-polluant commence à avoir de l’ampleur à Aix en Provence dont le vélo à pédale.  Mais, ce sont les infrastructures qui n’existent même pas. Bon nombre de cyclistes déclarent avoir été victime d’insultes venant des conducteurs. A cet effet, la métropole est ciblée par l’autorité française. Elle est condamnée par la Loi LAURE. Sans aucune réelle initiative de la part des responsables marseillais, un plan de mobilité a déjà été adopté. Chacun est impatiemment dans l’attente des réponses positives pour la mise en place de piste cyclable.

Piste cyclable : le point de vu des cyclistes de Marseille

Selon les témoignages des cyclistes, Marseille n’est pas une ville idéale pour rouler à vélo. Outre le manque d’infrastructures, il n’existe même pas des places réservées aux vélos. La sécurité risque ainsi d’être compliquée.

Quelle solution adoptée ? Le président du collectif vélo avance qu’il est nécessaire de multiplier les efforts pour la mise en place de pistes cyclables un peu partout. Entre autres, les parkings à vélo sont aussi à privilégier dans la mesure où chacun peut faire ses courses en toute sérénité. C’est un travail de longue haleine mais il pourra contribuer au développement durable et au progrès social. Par ailleurs, cela pourra servir à la promotion d’utilisation du vélo à Marseille ainsi qu’à l’ouverture vers le secteur du travail en les louant ou en les commercialisant.

Piste cyclable : la concrétisation de la Loi « LAURE »

La métropole de Marseille a été sanctionnée pour avoir rénové la circulation sans prendre en compte la « Loi sur l’air et l’utilisation rationnelle de l’énergie ». En effet, il est primordial de mettre en place une voirie et des pistes cyclables. L’avenue Desautel a été quant à elle la preuve concrète de non-application de cette loi malgré un plan de mobilité d’actifs élaboré par la Métropole en début d’année.

Partager >>